Vous êtes ici : Lampe de luminothérapie » Les ampoules » Les ampoules à économie d'énergie » Ampoule basse consommation : leur collecte est-elle dangereuse ?

Ampoule basse consommation : leur collecte est-elle dangereuse ?

http://www.lampe-de-luminotherapie.com/danger-ampoule-mercure/

Un début de polémique semble prendre sur internet. A la vue d’articles sur les blogs, et de commentaires, le « danger des lampes à économie d’énergie » est pointé. De quoi parle t-on ? Pas de la dangerosité des lampes pendant leur durée de vie, mais du risque de casse au moment, notamment, de son remplacement.

Crédit photo : mononeuronico

En effet, les ampoules économie d’énergie renferment de faibles quantités de mercure, métal dont la toxicité et l’écotoxicité sont connues. Mais en cas de casse d’une ampoule, quelle sont les conséquences ?

Danger des ampoules économie d’énergie ?

RECYLUM, écoorganisme agréé pour la collecte et le recyclage des tubes et lampes fluorescents a mené une étude pour connaitre les risques liés à la manipulation de ces ampoules. En effet, ces ampoules devant être collectées, quel danger les opérateurs peuvent subir ?

En cas de casse de tubes lors de leur manipulation, existe-t-il un risque sanitaire pour le personnel chargé de ces opérations ?

Le niveau de risque tel qu’il est estimé est très faible, en particulier par référence aux valeurs limites d’exposition professionnelles, ou à des situations d’atmosphère de travail telles que rencontrées dans des milieux sensiblement plus exposés comme le personnel des cabinets dentaires ou le personnel de chambre avant l’arrêt de l’utilisation des thermomètres médicaux au mercure.

Bien entendu, des précautions sont à prendre pour réduire les risques de casse, notamment en nombre, et des gestes de bon sens (ventilation, aération forcée) sont à préconiser en cas d’incident pour réduire encore les teneurs et durées d’exposition. Le risque n’est d’ailleurs pas significativement différent de celui rencontré avec les tubes et lampes neufs, dont l’emballage peut être meilleur, mais dont les manipulations en magasin (notamment par le public) sont plus nombreuses.

La concentration en mercure mesurée dans une pièce (ou l’on a cassé 4 tubes) est restée inférieure à la valeur limite d’exposition professionnelle dans les locaux de travail (50 g/m3N).

6 situations professionnelles ont été réalisées pour en mesurer les risques :

Cas 1 : casse d’un tube standard dans le local fermé d’un petit magasin de quartier.

Dans la plus mauvaise des situations, la teneur en mercure dans l’air pourrait atteindre 45 g/m3N au bout de 15 minutes avant de décroître régulièrement : même le gérant du magasin, supposé présent en permanence, ne subit que quelques minutes une teneur qui atteint dans une situation défavorable celle à ne pas dépasser
pour une exposition permanente au mercure.

Voici la liste des autres cas, très précis, car destinés à étudier les conséquences dans un cadre « professionnel ».

Cas 2 : casse d’un tube standard dans le local après vente d’une grande surface bricolage ou
alimentaire
Cas 3 : casse d’un tube standard à l’accueil d’une grande surface bricolage ou alimentaire
Cas 4 : casse d’un tube standard dans un local d’accueil self-service semi-ouvert
Cas 5 : casse d’un lot de tubes standard dans un entrepôt de grossiste, de grande surface ou de
détenteur professionnel
et enfin, situation exceptionnelle !
Cas 6 : casse d’un grand nombre de tubes dans un entrepôt de grossiste, de grande surface ou
de détenteur professionnel

Conclusion

La collecte de tubes fluorescents et lampes à économie d’énergie, contenant de très faibles quantités de mercure, n’appelle aucune remarque ni proposition particulière. La collecte doit être faite avec précaution pour éviter la casse, Celle-ci est plus ennuyeuse par les risques de coupure et la gêne occasionnée que par le risque encouru.

Article de Ann-Charlotte, de Bien et Bio - Dernière mise à jour : le 15 juillet 2008

Thèmes associés : Ampoule basse consommation

Les commentaires :
lucien

Il faut arrêter de dire des conneries, vous êtes tous victime d’une désinformation éhontée de la part des fabricants, je vais dire la verité.

Même « terre vivante » l’association qu is’efforce de mettre en pratique et de promouvoir des solutions ecologiques est tombée dans le panneau, même la fondation de Nicolas Hulot s’est laissé piéger.

Les ampoules a économie d’energie que certains ont acquis ces dernières années renferment encore 5000 microgrammes de mercure!

Elles sont dangereuses pour l’homme, et hautement nuisible dans l’environnement.

encore une fois ce sont les groupes industriels qui gouvernent et non les politiques!

Ces ampoules risquent un jour ou l’autre de se trouver cassées…Le danger est la. Le bris d’une seule de ces ampoules libère 3000 ou 5000 microgrammes de vapeurs de mercure puissamment toxiques qui se repandent dans l’atmosphère de votre maison, sans que vous puissiez prendre la mesure du danger encouru.

Avec le simple bris d’une seule ampoule, cette norme européeenne est multipliée par 100000.

Le ministère e l’industrie a fait paraître deux discrets décrets en 1997 et 2002 classant ces lampes « produits dangereux » maisl e public n’a pas été informé! ( 18 avril 2002-540 dècret relatif à la classification des déchets dangereux, paru le 20 avril 2002 au JO, page 7089, stipulant que ces déchets dangereux sont à collecter séparement)

Seul le Canard enchainé a osé dire la verité en titrant le 4éme trimestre de 2005 ceci « Des cimetières d’ampoules et plei nde mercure autour ».

Le mercure en France est un sujet tabou, on le voit avec les amalgames dentaires ou d’ailleurs un enorme procés va bientôt exploser encore plus grand que l’amiante.

Il faut savoir qu’une ampoule à economie d’energie contient 3mg de mercure, mais attention, on brouille lespistes, les metaux se mesurent en microgrammes et non en milligrammes. C’est 3000 microgrammes qu’il aurait fallu écrire sur l’embalalge.

Quand on sait que la norme européenne à ne pas depasser dans un lieu public sera sous peu de 0.05 microgramme/m3, l’enormité du chiffre apparaît soudain.

Si vous avez le malheur de casser une seule de ces nouvelles ampoules, dans une pièce de 10m² soit 20m3 le taux de vapeurs toxiques de mercure montera à 150 microgrammes par m3 soit 3000 la norme européenne admise.

Ces vapeurs se repandront dans tout l’appartement, dans vos poumons, sinus, cerveau, foie, reins, etc ainsi que dans ceux de vos propres enfants.

ces ampoules sont une escroquerie et une destruction planetaire au niveau ecologie pour le profit des lobbies.

Si vous souhaitez acquérir des ampoules économiques et ecologiques i lfaut opter pour les lampesLED avec lesquelles vous ne courrez aucun risque, et qui preserve la nature.

Interdire les lampes a partir de septembre a incandescentes alors que les LED ne sont pas au point c’est une honte et un crime contre l’ecologie et la santé des gens.

Bien et Bio

Pour ce qui concerne la présence de mercure, elle impose de penser au recyclage (comme pour les néons qui en contenaient déjà) mais elle reste inférieure aux normes en vigueur et ne semble pas présenter de danger à l’utilisation.
(A moins de casser une douzaine d’ampoules à la suite ? :))

Mais en ce qui concerne le risque en cas de casse, le danger existait déjà avec les néons et semble limité, et inférieur aux normes professionnelles en vigueur. Et à moins d’être maladroit au point de casser une demi-douzaine d’ampoules d’un coup, on peut espérer ne pas être exposé à ce problème.

cf. http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/hoax.php?idArticle=75897

jean-françois

Absolument d’acord avec Lucien: le danger majeur de ces lampes est les vapeurs de mercure qu’elles contiennent.Les fabricants nous trompent : les 3 mg de mercure d’une ampoule ne sont pas une quantité négligeable: L’UNITÉ TOXICOLOGIQUE DU MERCURE EST LE MICROGRAMME, C.a.d. LE MILLIONIÈME DE GRAMME ! DANS UNE AMPOULE, IL Y A DONC 3000 UNITÉS TOXICOLOGIQUES.
Dans l’industrie, on ferme un atelier contenant « seulement » 10 microgrammes de mercure par m3:LORSQUE VOUS CASSEZ UNE DE CES AMPOULES, VOUS CONTAMINEZ UN LOCAL DE 300 M3!
lES CONSÉQUENCES: LES VAPEURS SONT IHHALÉES ,TRAVERSANT LES MÉNINGES ET SE FIXENT PAR RÉACTION CHIMIQUES AUX GRAISSES DU CERVEAU.
LES CONSÉQUENCES SONT GRAVISSIMES : MALADIES DE CHARCOT (SCLÉROSE EN PLAQUE, S.L.A ) MAIS AUSSI AUTISME, « TOCS », FIBROMYALGIES,ETC.

lE 1ER SCANDALE EST QU’AUCUJN EMBALLAGE NE MENTIONNE LA PRESENCE DE MERCURE DANS CES LAMPES.
lE SECOND SCANDALE EST QUE LA RÉALITÉ DES DANGERS DU MERCURE EST TOTALEMENT OCCULTÉE.
lE TROISIÈME SCANDALE EST L’ABSENCE DE FIABILITÉ DU RECYCLAGE DU MERCURE: IL EST IMPOSSIBLE MATÉRIELLEMENT DE RÉCUPERER TOTALAMENT TOUT LE MERCURE DES AMPOULES.

jean-claude

Il n’y a strictement rien de changé dans la fabrication
des lampes basse consommation par rapport aux tubes fluorescents linéaires de 0m,60- 1m,20 – 1m,50 de longueur
apparus dans les années 1950.
Ces tubes comportaient déjà une charge de gaz ainsi que du
mercure ! et personne n’en est jamais mort.
La seule différence est que les nouvelles lampes ont pris
des formes très diverses et que l’ancienne self que l’on
appelait ballast (volumineux et lourd) a été remplacé par un
circuit électronique situé dans le culot de la lampe et qui
génère plutôt moins d’ondes que les anciens.
Un électricien à la retraite

corinne

Vous êtes qui Mr jean-claude pour affirmer que personne n’en est mort ?Pourquoi s’entêter alors que la nocivité du mercure est prouvé? C’est un scandale! L’être humain préfère garder les yeux fermés(ex:l’amiante)que déranger certaines filières économiques et mettre encore plus péril la santé de l’humanité.C’est tout simplement honteux.

Corto

 » la valeur limite d’exposition professionnelle dans les locaux de travail (50 g/m3N). »

il y a une erreur
50 g ce serait énorme…
1 m3 cube d’air ne pèse qu’un kg…

Frédéric

Bonjour,

Aujourd’hui, j’ai renversé 2 tubes luminescents (1m20 Ospram 40w) par accident dans mon entrée, et évidemment, ils se sont cassés.

Je n’étais absolument pas au fait de la toxicité de ces tubes et n’est donc pas pris de pécautions particulières (je n’ai pas aéré, j’ai ramassé le verre cassé à la balayette et les gros morceaux à la main, etc.)

Alors oui, je ne suis pas mort sur le coup.
Mais et si dans 10 ans je me retrouve à l’hosto avec un cancer des poumons, qui fera le lien avec l’incident d’aujourd’hui ?

Et que dire des gamins… sont-ils censés savoir que l’ampoule basse consommation qu’ils viennent de casser contient des produits hautements toxiques et qu’ils doivent retenir leur respiration ?

Croyez-moi que si sur l’emballage de ces ampoules il avait été écrit « Attention, ce produit contient des vapeurs de Mercure » je n’aurait pas acheté ces saloperies.
Et le gouvernement est REPONSABLE de ce manque d’informations. C’est leur boulot bordel de forcer les industriels à prévenir CORRECTEMENT le consommateur des dangers qu’ils encourent.

INADMISSIBLE.

amina

Les risques ne valent pas qu’on sacrifient la sante du consommateur pour des raisons économiques c’est criminel de ne pas éradiquer carrément ce types d’ampoules. En cas de casse à la maison d’une ampoule que doit on faire ? merci!!AMINA

Bien et Bio

Merci à Frédéric et Amnia pour vos commentaires sur le dangers des ampoules basses consommation.

Rassurez-vous, le danger pour votre santé est quasi inexistant, puisque les concentrations en mercure sont faible, et que l’exposition que vous avez eu face à cette substance a été courte.

Jusqu’à maintenant, aucun fait ou étude n’a démontré que le contact avec une ampoule basse consommation cassée pouvait nuire à la santé.

Le problème réel se situe plutôt au niveau de son recyclage, puisqu’une ampoule basse consommation doit être jeté dans un poubelle dédiée à cet usage (à la déchetterie par exemple).

Jean

Oui les tubes « néon » classiques contiennent du mercure. Ceci dit dans les ménages il n’y en a habituellement que quelques uns (quelques uns de trop, diront certains) et ils sont rarement changés, de même qu’ils sont manipulés avec précaution (plus c’est gros et plus on est prudent, souvenez-vous des disques vinyle).

Avec l’arrivée des fluocompactes, le nombre de lampes fluorescentes dans la maison est multiplié par 10, 20 ou davantage. Et ce sont des lampes faciles à casser. Et ce sont des lampes qui ne durent pas les 8000 heures promises (sauf à taper dans le modèle pro introuvable au supermarché comme chez Bricotruc). Et paf! la lampe en mille morceaux dans la chambre de bébé; et hop! la lampe usée dans la poubelle! Même mes amis « écolos » ignorent qu’il faut recycler ces lampes et personne ne sait où aller!

La seule lampe fluocompacte que j’ai chez moi éclaire mon balcon. Je tourne à l’incandescence (quasiment partout) (vive les stocks), au fluo linéaire (au-dessus de l’évier) et à la led de qualité (pas les 30 petites leds chinoises dans une ampoule qui consomme au final autant que l’incandescence).

marjo

Je viens de casser une des ces ampoules et ça me rend folle,folle de constater dans quel monde de fou nous vivons,un monde gouverné par des débiles hypocrites et dangereux,je viens de lire tout ce qu’on pouvait avoir comme maladie en cassant une de ces mer..,j’en suis « ravie » comme vous pouvez l’imaginer.Je comprend pas et je comprendrais jamais tout ce que ces gens sont capables de faire pr gagner du fric,quel beau le monde!

thomas

je viens d en casser une et je me suis coupé en même temps. je connaissais quelques méfait de ses ampoules mais je suis outré d’apprendre a quel point elles sont nocive c’est un scandale!

de plus il est très difficile de trouver des informations précises sur les gestes a effectuer lorsque l’on casse une ampoule.
j ai désinfecté a la bétadine et me suis rincé le visage et les mains mais je ne sais pas si s’était une bonne chose.

Elise

Je tiens quand même à vous rappeler que :
– la Valeur Moyenne d’Exposition à ne pas dépasser est de 0.050 mg/m3 (pour le mercure, et ses composés)
ce taux monte à 0,1 pour le Mercure et composés arylés (en Hg)
– Pour info, une Valeur moyenne d’exposition, ou VME est calculée pour une exposition continue de 8 heures.

Je suis absolument d’accord que le choix du mercure est tout à fait discutable d’un point de vue environnemental mais d’un point de vue santé, si vous claquez une ampoule, il n’y a pas de risque pour la santé.

Petit conseil : pensez à consulter les données sur l’INRS ou autres sites officiels ou même de laboratoires indépendants avant de crier au complot mondial…

Laisser un commentaire
*Vous devez renseigner votre prénom.
*Vous devez renseigner votre adresse email ou celle-ci n'est pas valide.
*Votre URL n'est pas valide.
*Veuillez saisir un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)