Vous êtes ici : » Luminothérapie en général » Luminothérapie et santé » Luminothérapie et dépression

Luminothérapie et dépression

http://www.lampe-de-luminotherapie.com/luminotherapie-depression/

Luminothérapie et dépression

Vous connaissez la luminothérapie pour son action sur la dépression saisonnière ?

Savez-vous que l’usage de lampe de luminothérapie a également prouvé ses effets sur le traitement de la dépression non saisonnière, la dépression ordinaire ou la dépression chronique ?

En effet, la luminothérapie serait au moins aussi efficace que les antidépresseurs pour soigner un grand nombre de dépressions.

Par ailleurs, dans des dépressions sévères, couplée à la prise d’antidépresseurs, la luminothérapie permet d’accélérer et améliorer leur efficacité.

Le point sur cette découverte qui pourrait être un grand nombre de personnes, notamment en France où nous consommons 65 millions de boites d’antidépresseurs par an !

Luminothérapie et dépression non-saisonnière

La Luminothérapie, seule, contre la dépression

Entre 1981 et 1998, le Dr Kriple, du département psychiatrie de l’Université d’Helsinki, en Finlande, a mené plusieurs études pour comprendre les interactions entre luminothérapie et dépression non saisonnière. Il en conclu que « la luminothérapie est à considérer comme une voie non-médicamenteuse dans le traitement de la dépression non-saisonnière. Elle agit plus rapidement, une amélioration de l’état apparaissant au bout d’une semaine ».

Selon lui, la luminothérapie serait « aussi efficace dans le traitement de la dépression saisonnière que dans le traitement de la dépression non saisonnière ».

luminotherapie

Lampe de luminotherapie

La luminothérapie contre la dépression, en complément d’antidépresseurs.

D’autres études ont été menées de par le monde pour évaluer l’intérêt de la luminothérapie en complément de traitement antidépresseur :

  • En 2005, à l’unité de recherche psychiatrique de l’hôpital Frederiksborg, au Danemark, une étude en double aveugle a été menée pendant 5 semaines sur 102 patients traités pour dépression (sous traitement antidépresseur). Les résultats ont montré une nette amélioration des symptômes dépressifs chez les patients bénéficiant d’une heure de luminothérapie à 10 000 Lux chaque jour.
  • En 2006, l’unité de recherche sur les Accidents Vasculaires Cérébraux de Copenhague (Danemark) a mené une étude en double-aveugle avec placébo sur 63 patients souffrant de dépression post-AVC (environ 30% des personnes ayant subit un AVC font une dépression par la suite).  Les résultats ont montré une nette amélioration de l’état des patients recevant un traitement conjoint antidépresseurs/luminothérapie, par rapport au groupe témoin ne recevant que des antidépresseurs. La luminothérapie est donc à considérer comme une aide majeure dans le traitement des dépressions post-AVC.
  • En 2008, une étude menée à la Clinique des Maladies Mentales (Centre Hospitalier Ste Anne) à Paris a conclu à la grande efficacité de la luminothérapie comme traitement complémentaire aux antidépresseurs pour traiter les cas de dépression non-saisonnière.

De nombreuses associations psychiatriques aux Etats-Unis recommandent désormais l’usage de la luminothérapie dans le traitement de la dépression non-saisonnière.


Découvrez les dispositifs de luminothérapie proposés par Bien et Bio.


Bibliographie des études  sur la luminothérapie et la dépression :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15877712?dopt=Citation

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16785774?dopt=Citation

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17950467?dopt=Citation

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15992393?dopt=Citation

Bright light augments antidepressant effects of medication and wake therapy : Par Loving R.T., Kripke D.F., Shuchter S.R. Department of Psychiatry, University of California, San Diego

Enregistrer

Article de Ann-Charlotte, de Bien et Bio - Dernière mise à jour : le 14 avril 2011

Thèmes associés : Luminothérapie et dépression

Les commentaires :
sophie

C’est également très utilisé pour les personnes qui travaillent de nuit, qui par conséquent dorment le jour et sont en « manque » de lumière. Les infirmières ont des appareils à leur disposition dans certains établissements afin de faire une « petite cure ».

Julie14

La luminothérapie est clairement une vraie thérapie, sans les désagréments des thérapies ordinaires.

Paul

Très intéressant à savoir et pourquoi pas en faire l’acquisition.
J’habite dans un appartement et je ne suis pas très bien placer pour rapport au déplacement du soleil tout au long de la journée et en plus je suis souvent sur l’ordinateur (pas très bon pour les yeux tout ça).

Jean

bjr et merci pour ton article très interessant sur la luminothérapie et dépression

Claude Chabot

Je possède une lampe de luminothérapie et je suis extrêmement satisfait du résultat. Je trouve que l’efficacité est accrue par une supplémentation en vitamine D3. Toutefois, rien ne remplacera notre bon vieux soleil…

Stéphane Lacroix

Un de mes collègues de travail me parle sans cesse de la luminothérapie et ses bienfaits. Lors de la prochaine saison, je me risquerais à tenter l’expérience.

Etienne

J’ai testé la luminothérapie dans un hôpital pendant 1 mois. Les résultats sont impressionnant et en effet après une séance on ressent un coup de pêche et on a le sourire :)

JR

mon père l’a testé et a bien tenu le choc de l’hiver (lui qui déprime tous les ans).

Sébastien

C’est bien connu : Le manque de luminosité nuit gravement à la santé ;)
Sans rire, rien que le fait d’habiter dans une région plus ensoleillée redonne le moral …
Ce facteur est bien connu des psychologues du travail et l’on commence à trouver ces lampes dans nos bureaux ;)

Max

J’ai subit un traitement à la luminothérapie pour une grave dépression,il y a plus de dix ans. Je ne saurais dire dans quelle mesure cela m’a aidé à remonter la pente et trouver ma joie de vivre.

Cependant dans ces situations, toutes les pistes sont à prendre en compte et à tester. Je n’avais pas trouvé la séance particulièrement agréable par contre mais, il y a surement de nouveaux outils comme celui présenté dans cet article qui sont moins agressifs et plus confortable à l’usage.

Max

Colin N. Carpenter

Les Causes de la dépression saisonnière C’est la mélatonine qui serait à l’origine des troubles affectifs saisonnier. Cette hormone somnifère que nous sécrétons naturellement la nuit, serait présente en trop grande quantité et cela dans la journée pour les personnes souffrant de dépression saisonnière. La lumière inhibe la production de mélatonine. C’est pourquoi le manque de lumière au niveau de la rétine aurait pour conséquence de ne pas bloquer la sécrétion de mélatonine le jour et de ce fait produirait une dérégulation de notre horloge biologique interne produisant des effets directs sur notre humeur, le sommeil et l’appétit. Cette hormone somnifère est présente en très grande quantité chez les personnes souffrant de dépression saisonnière. Le traitement de ces personnes par des séances de luminothérapie s’avère efficace dans environ 80% des cas. La luminothérapie est donc sans aucun doute la meilleure des méthodes pour lutter contre cette dépression hivernale.

Cornelia E. Bonner

La dépression saisonnière clairement diagnostiquée est donc bien liée au manque de lumière. Son traitement ne nécessite donc généralement pas de médicaments, mais consiste bien à exposer la rétine (et surtout la partie inférieure de l’œil où se trouvent les récepteurs les plus sensibles) à un éclairement intense (lumière dépourvue d’UV et de rayons infrarouges nocifs pour l’œil) sous certaines conditions (moment, durée…). Cette technique s’appelle la luminothérapie ou photothérapie et a largement prouvé son efficacité dans ce type d’affection. Pour poser son diagnostic, le médecin vérifiera d’abord qu’il s’agit bien d’un trouble saisonnier auquel ne se surajoutent pas d’autres facteurs pouvant expliquer l’état dépressif et il rencontrera aussi régulièrement son patient pendant le traitement pour faire le point avec ce dernier sur son évolution. On considère que les bienfaits de la luminothérapie se font sentir dans les 5 jours, mais que, plus tard on entame le traitement et plus il faudra de temps à ce dernier pour produire ses premiers effets… Il est donc essentiel de consulter le plus rapidement possible (dès août) si la fatigue nous paraît trop pesante et si nous savons d’expérience que l’automne est chaque année une période particulièrement difficile à vivre pour nous, pour notre vie personnelle, familiale et professionnelle.

Jonathan K. Young

En 1998, dans une étude de synthèse de l’ensemble des travaux publiés sur ce thème, le Dr Daniel Kripke tirait alors la conclusion suivante : « La luminothérapie, traitement de base de la dépression saisonnière, peut tout aussi bien offrir une voie non médicamenteuse de traitement de la dépression non saisonnière. Les épreuves cliniques ont démontré des niveaux équivalents d’amélioration entre la luminothérapie et un traitement d’antidépresseurs ». « Mieux encore la luminothérapie s’est révélée agir plus rapidement, avec une amélioration de l’état apparaissant au bout d’une semaine, alors que les traitements médicamenteux demandent plus de huit semaines pour atteindre des résultats équivalents ». Le Dr Siegfried Kasper et son équipe a recommandé à une groupe de patients souffrant de dépression non saisonnière (et qui ne répondait pas à un traitement au « Prozac », des séances de luminothérapie le matin. En l’espace de trois à quatre semaine, les patients ont présenté une amélioration sensible de leur humeur, comparée à celle d’un groupe de contrôle qui avait pris du « Prozac » combiné avec des séances de lumière de faible intensité. Il semble donc utile d’ajouter des séances de luminothérapie en cas de dépression non saisonnière et important d’effectuer un suivi régulier de ses effets avec votre médecin traitant. Source : « National Library of Medicine », « Soif de lumière », site Agir pour sa santé.

Sara C. Lang

Les troubles affectifs saisonniers (TAS), plus communément nommés la dépression saisonnière ou encore « SAD » de l’abréviation anglophone de seasonal affective disorder, se rapportent à une forme de dépression liée à un manque de luminosité naturelle. La dépression débute au changement de saison , lorsque les heures d’ensoleillements diminuent, le plus souvent l’ automne et l’ hiver , pour ne s’estomper que lorsque la saison est terminée.

Rusty Curry

Les particularités de la dépression saisonnière sont que les personnes ont une tendance plutôt à l’hypersomnie et à la boulimie. De plus la tristesse est davantage marquée le soir. Si l’ensemble des causes de la dépression saisonnière ne sont pas clairement identifiées, celle qui est repérée sans aucun doute est la baisse d’intensité lumineuse et la diminution du temps d’exposition à la lumière pendant la période automne-hiver. C’est sur ce point que la luminothérapie peut pleinement jouer son rôle en compensant le manque de lumière. Le manque de lumière de cette période entraine une variation de la production de mélatonine et de l’activité liée à la sérotonine. La mélatonine est une hormone impliquée dans la régulation des rythmes biologiques et de l’humeur. La diminution du temps d’ensoleillement et de l’intensité lumineuse durant la période automne hiver entraîne une hausse de la production de mélatonine qui génère des changement au niveau de l’humeur, de l’appétit, , de l’énergie et du besoin de sommeil. L’exposition à une lampe va compenser le manque de lumière naturelle et va ainsi permettre d’éviter tous les effets négatifs qu’il entraine sur l’organisme. Dans le cas d’une dépression saisonnière, il est essentiel de combler le manque de lumière par le biais de la luminothérapie. Il est également important de consulter pour confirmer le diagnostic et pour traiter d’éventuels troubles associés ou encore pour compléter le traitement de luminothérapie si besoin.

Annie

Merci pour le conseil

Caroiline

C’est vrai que le climat est un facteur déprimant dans votre hémisphère nord. On n’en discute pas et à ce niveau là on vous plaint.
Ceci dit, nous qui avons une surabondance de soleil dans l’hémisphère sud, sommes également déprimés. Mais, pour des raisons tout à fait différentes. Des raisons politiques, économiques et sociales des plus déprimantes qui soient. Alors pauvre soleil, aussi brûlant qu’il est il n’a absolument rien pu contre notre déprime.

Laisser un commentaire
*Vous devez renseigner votre prénom.
*Vous devez renseigner votre adresse email ou celle-ci n'est pas valide.
*Votre URL n'est pas valide.
*Veuillez saisir un commentaire

(required)

(required)